Klär.graphics

Design Thinking

Le Design Thinking est un processus de conception et d’innovation basé sur les besoins des utilisateurs. Cette méthode permet de résoudre des problèmes et de concevoir des produits et services de manière optimale. Mais quelles sont les grandes étapes d’une démarche de Design Thinking? Comment l’appliquer au graphisme?
Session de brainstorming utilisant des méthodes tirés du Design Thinking lors d'un hackathon

Phase de brainstorming lors du hackathon Museomix (événement annuel) au musée BAM à Mons

Qu’est-ce-que le Design Thinking?

Le Design Thinking est une méthode de gestion de l’innovation qui permet de combiner les compétences analytiques des uns avec les compétences intuitives des autres. Cette approche, qui se base aussi sur des méthodes telles que l’observation ou l’immersion, s’appuie en grande partie sur un processus de co-créativité impliquant des retours de l’utilisateur final.

L’objectif principal du Design Thinking est de développer la créativité des intervenants pour créer ou améliorer un produit ou service et résoudre une problématique. Cette manière de réfléchir et d’innover part d’une question initiale pour ensuite trouver des solutions d’amélioration au problème.

Depuis plusieurs années, le Design Thinking est utilisé par des entreprises à succès telles que Airbnb, Greenpeace ou Apple. Les adeptes les plus connus de ce concept sont Rolf Faste, Jeremy Gutsche ou Tim Brown.

Les 5 étapes du Design Thinking

Le Design Thinking – pensée design en français – comprend plusieurs étapes. Le nombre de ces étapes varie en fonction des auteurs. Rolf Fast a initialement constitué le processus de design thinking en 7 étapes (définir, rechercher, imaginer, prototyper, sélectionner, implémenter, apprendre). Jeremy Gutsch les a quant à lui ramenées à cinq (définir, imaginer, synthétiser, prototyper, tester).

Ici, je vous présente l’approche en 5 phases de la d. school, l’école de design de l’université de Stanford.

1. Définir la cible

La première phase du processus de Design Thinking s’interroge sur la cible du projet. Qui sont vos utilisateurs ? Quels sont leurs situation, motivations, problèmes ? Durant cette première étape, l’observation, l’échange et l’empathie permettent à l’équipe en charge du nouveau projet de se mettre à la place de l’utilisateur et de comprendre ses besoins. L’idée est de créer un client idéal ou persona : une personne fictive symbolisant un profil type de consommateurs. L’objectif est de connaître son mode de vie, ses pensées et sentiments pour se mettre à sa place et mieux appréhender ses besoins.

Exemple : Vous désirez réaliser un magazine. La première étape sera de définir qui seront vos futurs lecteurs.

2. Définir le problème

La deuxième étape du Design Thinking consiste à identifier la problématique de l’utilisateur et à évaluer l’environnement dans lequel elle évolue. Quels sont les problèmes repérés ? D’où viennent-ils et depuis quand existent-ils ? Des pistes commencent à émerger afin d’améliorer le produit ou service pour résoudre la problématique spécifique de la cible.

Exemple : Cette étape permet de faire des recherches, brosser le tableau de vos concurrents, déterminer les attentes de vos lecteurs, etc.

3. Imaginer la solution

Vient ensuite le moment de trouver l’innovation, la solution qui va permettre de résoudre la problématique soulevée. Cette troisième étape du processus de Design Thinking est aussi appelée « phase d’idéation ». Toutes les idées possibles fusent pour résoudre le problème.

Différentes méthodes permettent de trouver des idées :

  • Brainstorming
  • Débat
  • Mind Mapping
  • Etc.

Pour mettre tous les intervenants à l’aise, la méthode de « la pire idée possible » peut aussi être appliquée en cours de session. Il s’agit d’une sorte de brainstorming inversé. Toute logique est oubliée. La rigueur n’existe plus. Une idée a priori mauvaise peut, en effet, se révéler inspirante après quelques modifications.

La phase de brainstorming s’ouvre à toutes les idées. Il faut procéder ensuite à une phase de convergence afin de s’accorder sur une solution qui conviendra au public, budget, etc.

Exemple : En partant des informations et observations récoltées dans l’étape précédente, nous pourrons ouvrir des pistes sur les formats, chapitres, type de contenu, designs. Ces éléments seront une première ébauche de ce à quoi pourrait ressembler votre magazine.

4. Prototyper la solution

Sur ces bases, la graphiste conçoit un prototype et donne vie aux idées. Chaque idée doit prendre forme pour être mieux visualisée, testée et améliorée. Quel prototype convient le mieux pour régler la problématique ? Des modifications doivent-elles être apportées ?

Exemple : Création de la maquette du magazine avec les différents chapitres et type d’illustrations utilisées, etc.

5. Tester la solution

Enfin, lors de la dernière étape du processus de Design Thinking, le produit final est testé. Ce test permet de savoir si les idées tiennent la route. Le projet est-il réalisable ? Quels sont les retours des utilisateurs ? Ce testing amène généralement à créer de nouveaux prototypes, qui seront retestés. Parfois, il faudra même redéfinir les choses, revoir les priorités ou réfléchir à de nouvelles possibilités. Les phases de prototypage et de test peuvent ainsi s’enchaîner jusqu’à l’obtention du produit fini.

Exemple : La maquette est imprimée au format et présentée à un échantillon de personnes (public cible). Les feedback peuvent être récoltés de différentes manières (interview, panels, etc.). Les retours des utilisateurs sont alors pris en compte pour une nouvelle version de la maquette.

Pour qui?

Le Design Thinking peut s’appliquer autant à des organismes désirant créer un nouveau produit ou voulant améliorer un produit existant. Ce type de méthode se réalise en plusieurs étapes, avec des ateliers regroupant différentes personnes, il est donc nécessaire de prévoir du temps (plusieurs mois) pour la création du produit final.

Les processus intégrant les utilisateurs permettent une bonne adhérence au projet et une assurance que le produit final correspondra aux attentes du public cible. Il est aussi tout à fait possible de documenter votre processus, ce qui permet au public de suivre le parcours de ce nouveau produit à venir (un teasing en soi).

Combien ça coûte?

Le coût dépendra du nombre et du type d’ateliers à organiser, des intervenants, du nombre d’utilisateurs à interviewer, du produit final, etc. Il est malheureusement impossible de donner une fourchette de prix tant ils peuvent différer selon le projet.

Si vous êtes intéressé·e par la co création mais que votre budget ne vous permet pas de travailler avec la méthode très complète du Design Thinking, je propose également des ateliers de co création qui permettent de brainstormer de manière collaborative sans aller dans les détails.

Vous souhaitez mettre en place un processus de Design Thinking pour votre projet graphique?

Appelez-moi!

Prenez un rendez-vous téléphonique avec moi et nous pourrons discuter de votre projet.

© All rights reserved.